Cette année 2013

aura rimé avec

"mauvaise"

"malaise"

"à mettre entre parenthèse"

Elle a commencé avec beaucoup de matériel cassé, pas réparable : chauffe-eau, aspirateurs (au pluriel, celui du rez de chaussée, celui de l'étage) machine à coudre, téléviseur, tracteur de tonte (remplacé par un d'occasion qui pète aussi au bout de 15 jours !), pare-brise de l'automobile. Ce n'est que du matériel tout ça mais le porte-monnaie n'a pas aimé !

Elle s'est poursuivie par la disparition en septembre de notre bulldog anglais Riki

 

017

 

et dans la même semaine, celle de notre chat Loulou

 

013 (6)

 

En janvier 2013, l'état de santé de ma mère a décliné. Un premier séjour à l'hôpital en juin pour arithmie cardiaque. Du mieux jusqu'en septembre où nous l'avons vue perdre toutes ses forces, le fauteuil roulant lui fut indispensable, la faire manger car elle n'arrivait plus à porter la fourchette jusqu'à sa bouche, et d'autres choses encore...

Le 25 novembre entrée à l'hôpital pour un oèdème pulmonaire, suivi d'un avc, les médecins nous font comprendre que ses jours sont comptés, et, c'est le 27 décembre qu'elle nous a quittés, ses obsèques ont eu lieu le 31.

 

GENEALOGIE

 

92 ans de vie avec des hauts et des bas comme tout le monde, elle qui fut abandonnée à l'assistance publique à l'âge de 3 ans, puis placée dans un foyer d'agriculteurs en Morvan, élevée par Uranie (nom de mon blog en son honneur) est restée dans sa maison sarthoise jusqu'au bout. J'ai pu m'en occuper avec l'aide de mon époux, c'est tant mieux, car, je ne voulais pas la placer en maison de santé ; j'aurais eu comme l'impression, moi sa fille unique, de l'abandonner à mon tour, mais si nous n'avions pu agir ainsi cela se serait fait aussi...

Ma mère est restée jusqu'à sa majorité (21 ans) chez Uranie et Henri travaillant à la ferme, et c'est là qu'une demi-soeur se souvint d'elle et la fit revenir à Paris ou plutôt Asnières-sur-Seine. Elle travaillait dans un laboratoire, fit la connaissance de mon père (frère du mari de la demi-soeur, mon oncle et ma tante) et se marièrent en 1947.
J'arrive en 1949. Mon père était maçon, puis pour être plus disponible pour moi, maman devint femme de ménage, avec des horaires adaptés à ceux de l'école.
Nous avons été bien heureux tous les 3. Mes parents aimaient partir en vacances, voir d'autres lieux, la mer, la montagne en été et en hiver, j'ai eu beaucoup de chance d'avoir une enfance choyée, mon seul regret était de ne pas avoir de frère ou soeur !
Ils quittèrent Asnières en 1972 après avoir trouvé cette maison en Sarthe pour y vivre leur retraite. Les murs et la toiture étaient bons et sains, il n'y avait que l'eau du puits à l'époque, pas d'électricité, rien quoi ! Papa était maçon et avec tous les matériaux récupérés, leur courage, et le mien car j'en ai tourné aussi du ciment quand je venais, ils en ont fait une superbe demeure que nous occupons mon époux et moi maintenant avec grand bonheur, et un grand merci à eux. 

Voilà c'est dans la peine et la tristesse que s'est achevée cette année 2013. Ma petite fille Jeanne 3 ans a assisté à la cérémonie à l'église (car nous n'avions personne pour la faire garder) j'avais un peu peur qu'elle soit impressionnée, mais non, tout s'est bien déroulé et, après avoir lu un texte, j'ai entendu :"Bravo mamie". A la fin, le curé gentil et dynamique l'a prise par la main pour voir la crèche et lui montrant Jésus, Marie... elle de s'exclamer : "Ils n'ont pas de cadeaux !" Entre rires et larmes !

2014 est maintenant arrivée, il est temps pour nous d'avancer sur notre chemin, de se souvenir, ne rien oublier, la vie continue...

et de souhaiter à tous et toutes qui passez ici

de partir d'un bon pied pour que cette nouvelle année soit une vraiment bonne année,

je vous offre une petite carte ancienne, transférée sur tissu et que j'ai rebrodée

 

BA

AVANT

001

APRES

J'espère être plus présente ici en 2014 que je ne le fus l'an passé, et retrouver mon envie de blaguer euh oups : de bloguer !